DOSSIERS SANTE : LE GLAUCOME

Le glaucome : une maladie sans symptômes

En bref

Le glaucome touche plus d’un million de personnes en France, dont prés de la moitié ignore en être atteinte. Il constitue la 1° cause de cécité totale. Cette maladie est insidieuse, progressive, indolore et peut demeurer longtemps sans symptômes, alors qu’elle peut être dévastatrice pour la vision. Bien qu’il puisse survenir à tout âge, le glaucome concerne essentiellement la population de plus de 40 ans et le risque de développer cette pathologie augmente avec l’âge, essentiellement après 60 ans.

 

Histoire de la Maladie

Le globe oculaire est une coque inextensible dans laquelle est secrété en permanence un liquide : l’humeur aqueuse. Lorsque tout va bien, il est évacué par le biais d’un filtre, (le trabéculum), de sorte qu’il se crée un équilibre entre sécrétion et évacuation.

Mais au moindre obstacle à l’écoulement, c’est mathématique : la pression dans l’œil augmente et les fibres du nerf optique en souffrent ; c’est ce qu’on appelle un glaucome. Rappelons que le nerf optique est chargé de transmettre au cerveau les images captées par l’œil. Le glaucome entraîne un rétrécissement du champ visuel qui est progressivement restreint à sa partie centrale.

Hormis les rares cas où l’augmentation de la pression intraoculaire est très brutale (glaucome aigu), rien, absolument rien ne vient vous alerter, car la perte visuelle initiale est parfaitement compensée par ce qu’il reste de vision (un peu comme s’il vous manquait quelques pixels dans les coins de l'écran de votre ordinateur ; là où c’est le moins gênant).

Le glaucome peut donc passer longtemps inaperçu, à moins d’un examen ophtalmologique ciblé.

 

Comment se développe un glaucome ?

Le glaucome chronique, également appelé à « angle ouvert », est le plus fréquent. Il se développe progressivement sur des années (10-20ans), sans douleur et sans symptômes apparents. Les premiers troubles de la vision sont perceptibles, lorsque le nerf optique est déjà détruit à plus de 40%. Ces lésions sont irréversibles.

Il est donc primordial de dépister la maladie à un stade très précoce afin d’empêcher son évolution.

Le glaucome aigu, également dit « à angle fermé », est plus rare. Il apparaît brutalement et s’accompagne de douleurs intenses et d’une baisse de la vue. Il s’agit d’une urgence nécessitant une intervention médicale immédiate.

Le glaucome congénital apparaît dès la naissance, ou quelques semaines plus tard. Ce type de glaucome est très rare (1 cas sur 5000 naissances).

 

Des causes encore mal connues

Les causes précises du glaucome restent mal connues. Plusieurs facteurs de risque favorisant l’apparition de la maladie ont été identifiés, parmi lesquels : la pression intraoculaire, l’âge, la prise de certains médicaments, la myopie, les traumatismes, certaines maladies de l’œil, …

 

Les traitements

Différents traitements existent, prenant en compte la nature du glaucome, sa gravité, ainsi que l'âge du patient.

Les collyres, actuellement indiqués en première intention, associés ou non, qui doivent être administrés régulièrement, à heures fixes, abaissent la tension qui règne dans l’œil. Les Laboratoires clermontois Théa (famille Chibret), sont très impliqués en ophtalmologie. Le site http://www.laboratoires-thea.com, onglet « recherche et innovation », rubrique Domaines d’expertise « glaucome », délivre des informations sur le développement de ces collyres.

Le laser redonne une certaine perméabilité au trabéculum : c’est assez efficace sur le moment, mais bien souvent, l’effet est transitoire. Quant à la chirurgie, elle peut, selon les cas, percer le trabéculum, mettre en place un drain ou encore, ce qui est nouveau, implanter une petite valve à son niveau, qui va s’ouvrir uniquement lorsque la pression grimpe.

Tout récemment, certains services spécialisés en ophtalmologie, en nombre très restreint à ce jour, propose une toute nouvelle technique par ultrasons, proposée en alternative aux collyres.

Certains aliments identifiés seraient protecteurs de cette maladie, notamment les noix et les poissons gras, sources essentielles d’oméga 3.

Quoiqu’il en soit, dans tous les cas, la surveillance de la tension dans l’œil, c’est pour la vie !

Et en dépit de cet arsenal, force est de constater que bien des glaucomes font de la résistance. Entre autres causes : la mauvaise observance des traitements. Des gouttes tous les jours !!! Le Professeur Frédéric Chiambaretta (service d’ophtalmologie du CHRU de Clermont Ferrand) s’alarme en répétant : « Pour obtenir de bons résultats, il faut impérativement prendre tous les jours son traitement. Or, des enquêtes réalisées grâce à la présence de mouchards dans les flacons ont clairement montré que beaucoup les oubliaient ou alors en prenaient juste avant de retourner voir leur ophtalmologiste, histoire d’avoir une bonne pression ce jour-là ; ce qui n’empêche pas le nerf optique de souffrir !».

En l’absence de traitement et a fortiori de diagnostic, le risque de perdre la vue existe

 

Pour en savoir plus :

 

A savoir :

Cette maladie est insidieuse, progressive, indolore et peut demeurer longtemps sans symptômes, alors qu’elle peut être dévastatrice pour la vision.

 

Dernière modification : 12/06/2016 à 16:15:42

immeuble CAF - rue Pélissier - 63032 Clermont-Ferrand Cedex 9      tel : 04 73 74 69 04      fax : 09 72 56 19 88     mail : contact@mipss-auvergne.fr
Accueil      Mentions légales  
   Siren : 779 209 469       © MIPSS Auvergne 2016  


QR Code MIPSS  
Affiliée à
 
Affiliée à
 
Affiliée à
 
Suivez-nous sur
 
 
 
unmi
 
 
Analytics Tracking Google