NOS COMBATS : OPINIONS 2017

Les prises de position de la MIPSS Auvergne au cours de l'année

24/10/17 - VEILLER SUR MES PARENTS

La dernière offre commerciale de La Poste en dit long sur l’évolution de notre société : pour 20 EUR mensuels, nos seniors auront droit à une visite hebdomadaire … du facteur et à une assistance téléphonique « pour gérer les situations d’urgence avec calme et sang-froid ».

Autrement dit pour faire ce que leurs enfants feraient s’ils communiquaient encore avec eux.

Jusqu’à présent, le facteur le faisait gratuitement en leur remettant le courrier. Parce qu’on leur écrivait encore !

« Veiller sur mes parents » ressemble à une bien jolie promesse qui masque une cynique réalité : l’arrivée d’un monde où tout est tarifé ...

 

Vous pouvez relayer ces prises de position auprès de votre député(e), sénateur(trice).

Ce sont eux qui font les lois en votre nom : alertez-les !

 

 

 

09/04/17 - INDIGNONS-NOUS (PLUTOT DEUX FOIS QU'UNE !)

La campagne présidentielle pose la question de la séparation des pouvoirs avec une acuité inédite. La mise en cause de l’institution judiciaire et des contre-pouvoirs essentiels dans notre République, par un candidat et plusieurs élus qui le soutiennent, doit nous interpeler.

Quel que soit le moment dans l'Histoire, quel que soit le pays, quand on s'en prend à la presse et la justice, cela revient à mettre à mal la démocratie.

Recourir à la « théorie du complot » ou en appeler au peuple pour rendre la justice porte atteinte à la crédibilité des institutions dans une France balayée, comme le reste de l’Europe, par les vents mauvais du populisme antisystème et antimédias.

Que ce soit un candidat à la magistrature suprême qui s’y égare ne peut que nous indigner !

La campagne présidentielle a mis en évidence que l’utilité sociale de la Sécurité Sociale demeure au travers de ses prestations. Pour autant, les citoyens n’ont plus suffisamment une juste conscience du projet collectif : les tensions s’accentuent autour de notre modèle de Sécurité sociale. Cette unité brisée, par rapport à l’élan collectif de 1945, entraîne un repli sur des positions individualistes, synonymes de solutions privées (assurances).

La plupart des candidats entonnent un petit couplet sur « l’esprit du Conseil national de la résistance » pour justifier les réformes qu’ils proposent pour « sauver la Sécu » !

Pourtant, entre les tenants d’une machine étatique qui ne laisse aucune place aux choix individuels et ceux qui veulent conserver mais mieux contrôler Sécu et complémentaires santé, indignons-nous de constater qu’aucun n’a d’autre vision que celle d’une domination toujours plus centralisée de notre système de santé !

Or, la confiance entre le peuple et les décideurs (éloignés du terrain) est brisée. L’urgence est de mettre en place des alternatives pour réconcilier le citoyen avec l’ambition originelle de solidarité partagée, pour favoriser sa participation aux décisions qui le concernent

    • en instaurant un réel enseignement d’un socle commun de connaissances en matière de Sécurité Sociale au collège ou au lycée ;

    • en restaurant un pouvoir de décision des conseils (redevenus « d’administration ») des organismes locaux de Sécurité Sociale, en prise avec les besoins de leurs territoires ;

    • en réservant le code de la mutualité aux seules mutuelles qui pratiquent la démocratie mutualiste (l’adhérent décide du contenu de son contrat) et tournent ostensiblement le dos à la tarification selon le risque (tranches d’âge).

 


31/03/17 - DECRET DU 21/03/17 : LETTRE OUVERTE AU 1er MINISTRE

Monsieur le Premier Ministre,

Vous avez récemment décrété, sur les conseils avisés de MM Touraine et Sapin, une modification du décret du 30/08/90, à propos de l'encadrement des tarifs des contrats de complémentaire santé dits "loi Evin": vous avez donc substitué au plafonnement permanent des cotisations à 50% (des tarifs globaux applicables aux salariés actifs) un plafonnement progressif mais ... TRES TEMPORAIRE de ces mêmes cotisations.

Les assureurs attendaient avec impatience la disparition de ce plafonnement : vous les avez entendus !

Par contre, les retraités vous remercieront sans doute beaucoup moins ... lorsqu'ils s'apercevront de la supercherie. Car il s'agit réellement d'une supercherie !

Depuis le début de ce quinquennat, le Ministère de la Santé a impulsé des mesures qui ont segmenté la population par âge ou/et CSP ; donc par niveau de risque ! Le cantonnement des seuls salariés dans des contrats fiscalement et socialement aidés est, n'en doutons pas, la mesure-phare de cette funeste segmentation. Les populations précaires ont été, quant à elles, "déportées" dans des contrats labellisés réservés à quelques assureurs.

Restaient les retraités qui, de l'aveu même du gouvernement, "risquaient de ne plus pouvoir se soigner au vu des cotisations qui leur sont demandées".

Ce décret du 21/03/17 conduit à une nouvelle et supplémentaire triple-découpe de la population des retraités, au sein de chaque contrat santé dit "loi Evin" :

  1. les assurés, arrivés dans le contrat avant le 01/07/17, pour lesquels le plafonnement à 50% « ad vitam » demeure opposable ;
  2. les assurés, arrivés à partir du 01/07/17 et durant les 3 premières années de leur adhésion, qui bénéficieront d'un plafonnement progressif ;
  3. les assurés, arrivés à partir du 01/07/17 et à compter de la quatrième année de leur contrat, qui se verront imposer des tarifs ... devenus LIBRES.

Autrement dit, une nouvelle fois, un gouvernement de François Hollande aura contribué à segmenter encore plus finement la population par tranche d'âge ! En quelques années, vous aurez donc réussi à supprimer PAR LA LOI toute possibilité de solidarité intergénérationnelle.

Nous n'avons qu'un mot (prononcé avec amertume) : BRAVO M. le Premier Ministre !
Avec tout le respect dû à votre fonction,

 

 
 

immeuble CAF - rue Pélissier - 63032 Clermont-Ferrand Cedex 9      tel : 04 73 74 69 04      fax : 09 72 56 19 88     mail : contact@mipss-auvergne.fr
Accueil      Mentions légales  
   Siren : 779 209 469       © MIPSS Auvergne 2016  


QR Code MIPSS  
Affiliée à
 
Affiliée à
 
Affiliée à
 
Suivez-nous sur
 
 
 
unmi
 
 
Analytics Tracking Google