NOS COMBATS : OPINIONS 2012

Les prises de position de la MIPSS Auvergne au cours de l'année

25/11/12 - REELLEMENT PROCHE DE VOUS !

A ceux qui voudraient faire croire qu’un bureau dans un centre commercial signifie la proximité, qu’une assemblée générale de « quelques âmes » réunies dans une salle parisienne est représentative des millions de cotisants éparpillés dans toute la France, nous disons :

  • les adhérents de la MIPSS connaissent les administrateurs de leur mutuelle : ils sont ou ont été leurs collègues de travail.

  • les adhérents de la MIPSS connaissent les salariés de leur mutuelle : ils peuvent leur téléphoner, leur écrire mais aussi les rencontrer dans les bureaux de la mutuelle.

  • les adhérents de la MIPSS sont représentés en assemblée générale : 1 délégué pour 10 adhérents. L’assemblée générale a lieu près de leur domicile et c’est là que se prennent les décisions.

Adhérent(e) de la MIPSS Auvergne, vous avez droit à une vraie mutuelle réellement proche de vous : c’est important de le savoir et de le faire savoir.

Nous comptons sur vous !

Vous pouvez relayer ces prises de position auprès de votre député(e), sénateur(trice).

Ce sont eux qui font les lois en votre nom : alertez-les !

 

 

 


30/08/12 - OSONS LA FIN DES DEPASSEMENTS D’HONORAIRES !

En plus d’avoir lourdement taxé vos cotisations, le précédent ministre de la Santé avait prévu de rendre obligatoire la prise en charge des dépassements d’honoraires de certains médecins par les complémentaires santé !

Ce projet avait plusieurs défauts : d’abord instaurer une obligation de payer par les mutuelles – donc par les cotisations de leurs adhérents – un « pourboire obligatoire », dont le principe et le montant avaient été décidés par d’autres (médecins, ministère et régimes obligatoires !).

Autre défaut et non des moindres : le ministre se substituait à l’assemblée générale des mutuelles, jusqu’ici souveraine pour déterminer les prestations prises en charge. Lorsqu’une seule personne prend le pouvoir à la place d’une assemblée élue, cela s’appelle …

Le nouveau gouvernement va abroger ce texte. Mais restons attentifs : ce funeste projet pourrait bien revenir par la « petite porte », tant les tenants de l’accord avaient trouvé la martingale idéale en obligeant un tiers à payer le contenu de leur accord !

Cet accord avait surtout pour conséquence de sanctifier le dépassement d’honoraires et de rendre les soins encore plus inaccessibles à un nombre croissant de nos concitoyens !

Il existe une alternative radicale à cette dérive mercantile de la santé : la MIPSS s’est toujours opposée aux dépassements d’honoraires et ne les prend pas en charge. Si toutes les complémentaires santé avaient agi de même (comme elles s’y étaient engagées), il n’y aurait plus de dépassements d’honoraires. C’est l’attitude hypocrite des assureurs complémentaires (ils plaident pour les tarifs opposables mais remboursent les dépassements) qui a maintenu le feu sous la marmite.

111 médecins ont récemment publié un manifeste (consultable sur https://www.mipss-auvergne.fr) pour dire « oui à la santé solidaire, non aux dépassements d’honoraires », dans lequel ils affirment que « les dépassements prélevés dans la poche de leurs concitoyens constituent un outil de démolition de la santé solidaire ».

A l’heure où la prise de conscience gagne le corps médical, il ne faut pas que le nouveau pouvoir laisse passer l’occasion pour bannir le dépassement d’honoraires des modes ordinaires de rémunération des médecins.


29/03/12 - RENTABLE OU PAS RENTABLE ?

Depuis quelques années, la presse multiplie les articles consacrés aux complémentaires santé. Après les « comparatifs » (toujours difficiles), les titres deviennent :

  • Peut-on se passer de complémentaire santé ?
  • Complémentaire santé : un choix encore rentable ?

Si l’on est sûr de ne jamais être malade ou si l’on dispose de moyens financiers permettant de couvrir toute dépense de santé, il est possible de répondre oui à la première question. Malheureusement de plus en plus de Français renoncent à une complémentaire non par choix mais pour des raisons économiques. Ils renoncent aussi à se soigner.

Demander si une “Complémentaire santé” est rentable est une curieuse question. Certes, posée par un assureur ou par une banque, la réponse est à l’évidence Oui. Pour un organisme à but lucratif, c’est seulement si le produit est “rentable” qu’il présente un intérêt.

Posée par un assuré ou un adhérent, la question signifie que celui-ci entend recevoir en prestations plus qu’il n’a versé en cotisation. Si tous les adhérents ont la même attente, le contrat n’est pas viable. Impossible de payer plus que l’on perçoit !

Dans une vraie mutuelle les cotisations des uns contribuent à payer les prestations des autres. Cela a un nom, un beau nom : la SOLIDARITE.

C’est sur le principe de solidarité que les premières mutuelles ont vu le jour au 19ème siècle. C’est ce principe qui a conduit les comités d’entreprise à créer la MIPSS en 1952, c’est encore ce principe qu’elle continue et continuera d’appliquer.

Adhérent de la MIPSS, vous savez que son objectif n’est pas de faire des bénéfices mais de répondre au mieux aux attentes des adhérents, avec des cotisations acceptables par tous et des comptes équilibrés. C’est le défit auquel elle devra répondre dans les prochaines années.

 

 

Dernière modification : 18/11/2018 à 21:19:50

immeuble CAF - rue Pélissier - 63032 Clermont-Ferrand Cedex 9      tel : 04 73 74 69 04      fax : 09 72 56 19 88     mail : contact@mipss-auvergne.fr
Accueil      Mentions légales  
   Siren : 779 209 469       © MIPSS Auvergne 2016  


QR Code MIPSS  
Affiliée à
 
Affiliée à
 
Affiliée à
 
Suivez-nous sur
 
 
 
unmi
 
 
Analytics Tracking Google